Valérie Fourneyron

DÉPUTÉE DE LA 1ÈRE CIRCONSCRIPTION DE SEINE-MARITIME
ANCIENNE MINISTRE - MEMBRE DE LA COMMISSION
DES AFFAIRES ETRANGÈRES

Attentat à Berlin : l'Europe doit rester forte et unie face à la barbarie.

20 dcembre 2016 à 17:59
Attentat à Berlin : l'Europe doit rester forte et unie face à la barbarie.

L’émotion était palpable dans l’Hémicycle en ce mardi 20 décembre, où nous avons observé une minute de silence en hommage aux victimes de l’odieux et lâche attentat qui a frappé Berlin, sur un marché de Noël. L’attaque a ôté la vie à douze personnes et en a blessé 48 autres…

Cette tragédie endeuille l’Allemagne, mais aussi toute l’Europe. Les Français, plus que d’autres peut-être, ont ressenti dans leur chair la violence, la désolation, le désarroi que suscite l’acte de ce (ou ces) forcené(s). Comment ne pas penser à Charlie Hebdo, au Bataclan, aux terrasses des restaurants du 13 novembre, au Stade de France, à Nice, à Magnanville, à Saint-Etienne-du-Rouvray, à toutes nos meurtrissures ? Une fois encore, dans une ville européenne, un lieu de joie animé par des familles et des enfants, a été brutalement frappé.

Ma compassion, mes pensées émues et solidaires vont aux victimes, à leurs familles et à leurs proches, aux blessés qui souffrent en ce moment. Elle vont aussi à tout le peuple allemand. Dès le 21 décembre, avec les membres de la Commission des Affaires Étrangères de l’Assemblée nationale, dont je suis secrétaire, nous nous sommes rendus à l’Ambassade d’Allemagne pour signer le livre de condoléances et faire part aux autorités et au peuple allemands de notre profonde amitié et de notre soutien total dans cette épreuve.

img_9571

L’Allemagne, comme la France, ne faiblira pas devant les tortionnaires. Par cette horreur sans nom, qui sévit au moment des fêtes de fin d’année, synonymes de joie, de paix et d’amitié partagée, les terroristes cherchent une nouvelle fois à nous éprouver, mais ils ne font que renforcer notre détermination à les combattre, à porter haut les valeurs de la démocratie et à préserver notre façon de vivre. Nous partageons ces principes avec le peuple allemand, dans une Europe qui doit rester forte et unie face à la barbarie. L’amitié franco-allemande, la fraternité et la solidarité dont nous ferons preuve dans cette épreuve constituent un message que nous envoyons aux terroristes, exprimant la volonté de nos deux pays et de l’Europe tout entière de demeurer debout, forte d’elle-même et de ses valeurs, face à ceux qui veulent semer partout la terreur par une violence abjecte.

Cela n’empêche pas les inquiétudes légitimes des Français. Lors des Questions au Gouvernement (voir le compte-rendu ici), le Premier Ministre Bernard Cazeneuve et le Ministre de l’Intérieur Bruno Le Roux ont d’ailleurs tour à tour confirmé que l’ensemble des forces de l’ordre maintenaient une vigilance maximale et que la sécurisation des marchés de Noël en France avait été immédiatement renforcée. La pleine mobilisation des services de sécurité français et allemands et la mise en oeuvre des mesures décidées au niveau européen se poursuivent.

En ce qui concerne notre pays, nous avons déjà considérablement rehaussé les moyens de la lutte contre le terrorisme depuis plusieurs mois. Plusieurs lois anti-terroristes ont été votées : l’interdiction de sortie du territoire ; le blocage administratif des sites internet qui appellent et incitent au terrorisme ; la nouvelle incrimination pénale d’entreprise individuelle terroriste ; les textes relatifs à l’état d’urgence … Un ensemble de mesures assurant que la protection des Français est maintenue et renforcée.

Dans le cadre d’une initiative franco-allemande pour la sécurité, des chantiers absolument essentiels pour la sécurité de l’Union européenne ont également été engagés tels que le renforcement des contrôles aux frontières extérieures, la réforme du système d’information Schengen, la modification de l’article 7-2 du code frontières Schengen visant à mieux contrôler les entrées sur le territoire de l’Union européenne, la mise en place en France du contrôle aux frontières depuis le 13 novembre 2015, l’interconnexion des fichiers anti-terroristes et le déploiement d’une nouvelle directive relative à la lutte contre le trafic d’armes.  Il y a aussi la mise en place du Passenger Name Record (PNR) et du futur système européen d’autorisation et d’information concernant les voyages – ETIAS –, l’équivalent de l’ESTA américain, qui permettra désormais d’enregistrer les ressortissants des pays qui n’ont pas besoin de visa pour entrer dans la zone Schengen.

Et d’autres chantiers sont en cours, pour que l’Europe aille plus vite et plus loin.

La coopération franco-allemande dans la lutte anti-terroriste continuera sans relâche pour que les démocraties gagnent le combat contre ceux qui veulent atteindre nos valeurs et notre liberté.

A ce titre, je note que l’Allemagne dispose en France de 17 représentations, dont un Consulat à Rouen, … et aussi d’un formidable outil de construction de l’avenir, qui est l’Office Franco-Allemand de la Jeunesse.

L’OFAJ est né en 1963, quand les présidents français et allemand de l’époque, Charles de Gaulle et Konrad Adenauer, ont fait confiance à la jeunesse des deux pays, 18 ans après la fin de la Seconde Guerre Mondiale, pour écrire définitivement et durablement une histoire de paix entre deux pays qui ne se sont que trop souvent affrontés au cours de l’Histoire. La mission de l’OFAJ est d’encourager les relations entre les jeunes des deux pays, de renforcer leur compréhension et, par là, de faire évoluer les représentations du pays voisin. Et il le fait avec succès. J’ai eu le plaisir et l’honneur de célébrer le cinquantenaire de l’Office en tant que Ministre en charge de la Jeunesse en 2013, aux côtés du Président de la République et de la Chancelière Angela Merkel. Je garde un souvenir particulièrement fort de la richesse, de la puissance, du dynamisme, de la vitalité du couple franco-allemand qui s’étaient exprimés à cette occasion. C’est en s’appuyant sur ces valeurs communes et sur ce désir d’avenir commun que nous écrirons l’Europe de paix de demain.

Voir ici la vidéo de la minute de silence à l’Assemblée Nationale, précédée du discours de son Président :