Valérie Fourneyron

DÉPUTÉE DE LA 1ÈRE CIRCONSCRIPTION DE SEINE-MARITIME
ANCIENNE MINISTRE - MEMBRE DE LA COMMISSION
DES AFFAIRES ETRANGÈRES

Un budget de l'action extérieure de l'Etat à la hauteur de ses ambitions

22 octobre 2014 à 14:51
Un budget de l'action extérieure de l'Etat à la hauteur de ses ambitions

A l’occasion de l’audition de Laurent Fabius, ministre des Affaires Étrangères et du Développement International, en commission élargie, j’ai interrogé le ministre sur le budget consacré par l’État à l’action extérieure de la France, et notamment à sa diplomatie culturelle et d’influence.

 

L’ensemble de l’audition de Laurent Fabius est visible sur le site de l’Assemblée nationale : http://videos.assemblee-nationale.fr/video.5956.2094169

Le budget 2015 du ministère des Affaires étrangères et du Développement international s’élève à 4.684 M€ , soit une légère diminution de 1,1 %. Il contribue de manière raisonnable à l’effort de redressement de la Nation puisque, à périmètre ministériel constant, la baisse est de 2,06 % (- 97 M€).

Ce budget marque une nouvelle étape dans la mise en œuvre des orientations définies pour la diplomatie française depuis 2012. Il est cohérent et ciblé.

Cohérent, parce que pour la première fois, avec l’attribution de nouvelles compétences sur le commerce extérieur et le tourisme, le ministère dispose de l’ensemble des réseaux d’influence. Le budget 2015 intègre le transfert de la subvention à Atout France. L’adaptation du réseau se poursuit, avec de nouveaux redéploiements vers les régions les plus stratégiques et les actions à même de renforcer l’attractivité de notre territoire (services des visas par exemple). Cette évolution est permise par la transformation de 13 ambassades supplémentaires en postes de présence diplomatique.

Ciblé, parce que le ministère, tout en participant à la stratégie gouvernementale de redressement des finances publiques, se donne les moyens de remplir ses missions prioritaires: maintien des crédits d’influence et d’attractivité, doublement progressif de l’aide transitant par les ONG françaises, hausse des bourses scolaires pour les Français expatriés, augmentation des moyens de fonctionnement du réseau et stabilisation.