Valérie Fourneyron

DÉPUTÉE DE LA 1ÈRE CIRCONSCRIPTION DE SEINE-MARITIME
ANCIENNE MINISTRE - MEMBRE DE LA COMMISSION
DES AFFAIRES ETRANGÈRES

Plaidoyer pour une Normandie unifiée

19 novembre 2014 à 09:25
Plaidoyer pour une Normandie unifiée

 

Lors du débat en séance publique sur la réforme territoriale, à l’occasion de la 2ème lecture du Projet de loi relatif à la délimitation des régions, aux élections régionales et départementales et modifiant le calendrier électoral, j’ai évoqué dans l’Hémicycle mon enthousiasme à voir bientôt naître une Normandie unifiée.

L’ensemble des débats est à revivre en vidéo sur le site de l’Assemblée nationale.

Sur le même sujet, lire aussi notre tribune commune, signée par tous les élus hauts et bas-normands le 25 novembre 2014, jour de l’adoption en 2ème lecture du projet de loi.

Le texte de mon intervention :

« Madame la Présidente,

Mes chers collègues,

Le 1er janvier 2016, j’enlève le Haut.

Le 1er janvier 2016, j’enlève le Bas !

Je vous rassure : il ne s’agit pas d’un accès soudain de naturisme mais bel et bien de la traduction de l’enthousiasme de la Normandie de ne faire bientôt plus qu’une !

La réforme dont nous discutons aujourd’hui est attendue de longue date tant il est indispensable de rendre l’action publique plus lisible. Les politiques publiques conduites par les collectivités locales doivent être plus simples, plus claires.

Simplifier c’est rendre notre action plus immédiatement compréhensible et plus transparente aux yeux de nos concitoyens. Clarifier, c’est supprimer les doublons notamment avec l’Etat déconcentré.

Supprimer des doublons, c’est finalement redéployer une action publique plus efficace et moins coûteuse.

L’ambition de cette réforme, c’est aussi de renforcer le poids et la force économique de nos Régions en Europe. En termes de compétences, les Régions de demain bénéficieront de davantage de moyens et d’autonomie dans des secteurs décisifs : emploi, formation, soutien aux entreprises et à la recherche, transition énergétique et aménagement durable, rayonnement international.

En termes de redécoupage territorial, quelle doit être la nouvelle carte régionale ?

L’article 1er propose de nouvelles régions métropolitaines dont UNE Normandie de 3,3 millions d’habitants, pour laquelle, en tant qu’élue de Seine-Maritime, je me réjouis.

Le mariage entre la « Haute » et la « Basse » est si évident que notre région a déjà un nom qui s’impose de lui-même, comme le souligne l’article 2 du projet de loi !

Oui cette fusion est évidente : historiquement, culturellement, l’entité « Normandie » fait sens.

L’histoire de la Normandie lui donne un rayonnement international, une identité forte et un avenir commun. Ce sont des postulats indispensables à une Région attractive et performante.

La Normandie de demain sera porteuse d’un projet d’avenir ambitieux. Elle sera :

  • Touristique, grâce à son patrimoine historique et naturel unique, aux lieux de mémoire, à son aura artistique ;
  • Elle sera gourmande, avec le dynamisme de sa filière agroalimentaire ;
  • elle sera industrielle, inventive, novatrice, grâce à la performance de ses filières automobile et de la chimie, grâce à la qualité de son enseignement supérieur et ses pôles recherche ;
  • elle sera énergétique, grâce à son avance dans le domaine des énergies renouvelables avec les futurs parcs éoliens offshore ;
  • elle sera fluviale et maritime, avec Haropa le 1er port français, les ports normands et la Vallée de la Seine ;
  • elle sera équine, comme l’a démontré le succès des Jeux Mondiaux Equestres cet été ;
  • elle sera vivante!

 

D’ores et déjà, les habitants des deux régions, se préparent à cette fusion, porteuse de tant de promesses. Qu’il s’agisse des Contrats de plan Etat-Région, du Contrat Inter-régions de la Vallée de la Seine des futurs contrats avec les Pays et les Agglomérations, la Haute et la Basse Normandie sont aujourd’hui en pleine phase de concertation, avec les CESER, leurs concitoyens et les élus des territoires, pour définir leur projet d’avenir.

Pour autant, devant une telle évidence, méfions-nous des divisions qui nous guettent, de ces oppositions stériles qui traduisent trop souvent des combats d’arrière-garde, des confrontations pour exister, des peurs infondées.

La Normandie de demain prospèrera si nous sommes tous unis au service d’une dynamique collective :

  • avec l’ensemble des acteurs socioéconomiques ;
  • avec la force de tous nos territoires : des territoires ruraux ; des centres urbains qui pourront fonctionner en réseaux et que sont Évreux, Cherbourg, Alençon, Dieppe, Fécamp, Argentan ; des grandes villes de Caen et du Havre ; et bien sûr de la Métropole rouennaise.
  • Et enfin, avec tous ces habitants, avec tous les Normands.

C’est en participant ainsi, en responsabilité, à cette construction collective que nous pourrons dire demain, fièrement, que c’est la gauche qui a fait, enfin, la Normandie.

Je vous remercie. »

 

Et puisque j’ai détourné son slogan en préambule, je vous invite à consulter le site de Normandie 2016, pour participer à cette grande réflexion collective : http://www.normandie2016.fr/