Valérie Fourneyron

DÉPUTÉE DE LA 1ÈRE CIRCONSCRIPTION DE SEINE-MARITIME
ANCIENNE MINISTRE - MEMBRE DE LA COMMISSION
DES AFFAIRES ETRANGÈRES

Question écrite à Christian Eckert : soutenir les radios associatives

30 dcembre 2014 à 12:48
Question écrite à Christian Eckert : soutenir les radios associatives

Question n° 68516 : déposée au JO : 11/11/14

Ministère interrogé > Budget

Rubrique > audiovisuel et communication

Analyse > radios associatives. financement. perspectives

Mme Valérie Fourneyron appelle l’attention de M. le secrétaire d’État, auprès du ministre des finances et des
comptes publics, chargé du budget, sur la situation des radios associatives, actuellement inquiètes par le gel
budgétaire à hauteur de 7 % des crédits du Fonds de soutien à l’expression radiophonique locale (FSER) en
2014. Les radios associatives participent à l’essor culturel et économique des territoires. Elles demeurent des
acteurs essentiels à l’expression des citoyens. Elles participent à la lutte contre toute forme d’expression et font
partie des garants de la démocratie locale. Elles sont également des acteurs économiques non négligeables,
avec 3 000 salariés dans toute la France, ce qui fait du secteur de la radiodiffusion associative le premier
employeur radio. Bien qu’appréciant le fait que, dans un contexte de redressement volontariste des comptes
publics, chaque levier de l’État soit mis à contribution pour participer à l’effort collectif, la mesure de gel
budgétaire du FSER apparaît peu opportune et de nature à fragiliser l’activité de nombreuses radios et l’emploi
qui y est associé, dégradant du même coup la communication sociale de proximité, tellement nécessaire dans
nos quartiers et sur les territoires défavorisés. À l’heure où préserver le lien social dans ces zones est un enjeu
démocratique majeur, elle souhaite savoir si la levée du gel budgétaire du FSER est envisageable à court
terme et appelle à la mise en place d’une approche triennale de ce fonds susceptible d’offrir davantage de
visibilité aux acteurs. Elle souhaite également savoir si d’autres mesures de soutien aux radios associatives
sont à l’étude.

 

 

Réponse publiée au JO du 30/12/14
Page : 10836

Depuis plus de trente ans, le Gouvernement porte une attention toute particulière aux radios associatives, notamment par le biais du Fonds de soutien à l’expression radiophonique locale (FSER). Chaque année, près de 650 radios associatives bénéficient de ce soutien (649 en 2013), qui représente en moyenne 40 % de leurs ressources.
En 2012 et 2013, le budget du FSER a été maintenu à 29 M€ et pour chacune de ces années, la ministre de la culture et de la communication a obtenu que soit débloquée la réserve de précaution, montrant ainsi toute l’importance qu’elle accordait aux radios associatives.
En 2014, le budget du FSER a été légèrement réduit à 28,8 M€, ce qui a permis au Fonds, même symboliquement, de participer à l’effort de redressement des finances publiques. Comme les années précédentes, afin que les subventions versées aux radios associatives ne soient pas diminuées, la ministre de la culture et de la communication a obtenu que soit débloquée la réserve de précaution qui porte sur le budget 2014.
Cet effort, malgré les difficultés budgétaires, démontre que l’action publique dans ce domaine demeure une priorité.
Pour 2015, dans le contexte particulièrement tendu des finances publiques, la ministre a défendu que le budget du FSER remonte à 29 M€ et c’est ce montant qui est proposé au Parlement dans le projet de loi de finances. Par cet effort particulier d’accompagnement, le Gouvernement souhaite marquer son attachement à un système qui a fait ses preuves et réaffirmer encore la place très particulière qu’occupent ces radios dans le paysage radiophonique français.