Valérie Fourneyron

DÉPUTÉE DE LA 1ÈRE CIRCONSCRIPTION DE SEINE-MARITIME
ANCIENNE MINISTRE - MEMBRE DE LA COMMISSION
DES AFFAIRES ETRANGÈRES

Question écrite à Geneviève Fioraso : revaloriser le diplôme de kinésithérapeute

18 novembre 2014 à 14:46
Question écrite à Geneviève Fioraso : revaloriser le diplôme de kinésithérapeute

Question n° 69388 : déposée au JO : 18/11/14

Ministère interrogé > Enseignement supérieur et recherche

Rubrique > professions libérales

Analyse > professions réglementées. masseurs-kinésithérapeutes. réforme

Mme Valérie Fourneyron interroge Mme la secrétaire d’État, auprès de la ministre de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche, chargée de l’enseignement supérieur et de la recherche, sur le projet de réforme de la formation initiale des kinésithérapeutes.

Ce projet, bien qu’ayant fait l’objet d’une vaste concertation, suscite un mécontentement unanime chez les organisations représentatives de la profession. La décision notamment de rétrograder la reconnaissance de cette formation au niveau licence, alors même qu’elle dure déjà quatre ans, fait débat : elle conduit à dévaloriser ce diplôme, à isoler les kinésithérapeutes au sein des autres professions de santé, à nuire globalement à l’attractivité de la profession de kinésithérapeute, et à priver la nouvelle génération d’un accès à la recherche et à une carrière internationale, qui enrichissent considérablement la qualité générale des soins en France.

Elle l’interroge sur les possibilités encore existantes de satisfaire les revendications des organisations représentatives des kinésithérapeutes, à savoir la généralisation de la PACES, une année de formation supplémentaire et la revalorisation du diplôme au niveau master avec possibilité d’accès à la recherche. À défaut, elle souhaite savoir quelles autres modalités de valorisation de ce diplôme sont actuellement à l’étude par le Gouvernement, ou quelles sont les raisons qui s’y opposent.

 

 

Réponse de l’Enseignement supérieur publiée au JO du 03/02/2015
Page : 736

Le Gouvernement accorde une attention particulière à la réforme de la formation des principaux métiers paramédicaux et de la santé. Depuis 2012, le ministère en charge de l’enseignement supérieur et de la recherche soutient les évolutions du contenu des formations pour l’exercice de ces métiers.

Après celle des ergothérapeutes, des orthoptistes, des orthophonistes et des infirmiers- anesthésistes, la réforme de la formation des masseurs kinésithérapeutes doit se concrétiser. La formation des masseurs kinésithérapeutes se déroule aujourd’hui sur trois années au sein d’instituts qui sélectionnent leurs candidats soit sur concours de niveau baccalauréat organisé par ces instituts, soit à partir des résultats obtenus en PACES (première année commune aux études de santé), soit sur dossier pour les étudiants ayant validé une première année de licence de biologie ou de STAPS (sciences et techniques des activités physiques et sportives). Le ministère en charge de l’enseignement supérieur et le ministère en charge de la santé se sont engagés à reprendre les travaux de réingénierie des études conduisant à la profession de masseur-kinésithérapeute. Le Gouvernement est sensible à la nécessité de déployer une formation théorique et pratique clinique de qualité permettant aux masseurs-kinésithérapeutes de prendre toute leur part dans la prise en charge des patients dans le cadre des orientations de la stratégie nationale de santé.

Dans cette perspective, il a été décidé de rénover la formation initiale des masseurs-kinésithérapeutes et de finaliser les travaux de réingénierie selon les principes suivants :

– La formation en masso-kinésithérapie se déploiera sur 4 années de formation spécifique en institut de formation dès la rentrée de septembre 2015. Tout diplômé d’État bénéficiera à ce titre de 240 crédits ECTS (european credit transfer system).

– La volonté du Gouvernement est d’offrir aux candidats des chances équivalentes de devenir masseurs-kinésithérapeutes quels que soient leur lieu d’habitation et leurs ressources. L’objectif est de supprimer le concours « Physique-Chimie-Biologie » (PCB) à partir de la rentrée 2016.

– Dans l’attente des conclusions des travaux en cours sur les modalités les plus appropriées d’entrée dans les études de santé (réforme de la première année commune aux études de santé), une année précédant l’entrée en institut de formation est encouragée et prend des formes diversifiées : PACES, STAPS, 1re année de licence de sciences ou autre cursus… permettant d’assurer une diversité des recrutements et des profils.

– Les travaux de finalisation du référentiel de formation dans la perspective de la rentrée 2015, reprendront sur la base de ces principes et sur le fondement d’une méthodologie et d’un calendrier concertés.

 

Réponse du ministère des Affaires sociales publiée au JO le : 26/05/2015 page : 3939

Toutes les professions paramédicales sont actuellement engagées dans une démarche de réingénierie de leur formation dans la perspective d’une reconnaissance de leur cursus à un grade universitaire et de leur intégration dans le schéma licence-master-doctorat.

S’agissant des masseurs-kinésithérapeutes, la réforme de la formation initiale est engagée depuis janvier 2015 sur la base d’un nouvel arbitrage qui prévoit une formation spécifique en quatre ans à compter de la rentrée 2015. Tout diplômé d’Etat bénéficiera de 240 crédits (ECTS – european credits Transfer system).

Complémentairement et à compter de 2016, l’accès aux études de masseur-kinésithérapeute se fera uniquement après la validation d’une première année universitaire (première année commune aux études de santé – PACES, première année de licence en sciences et techniques des activités physiques et sportives (STAPS) ou autres licences en sciences).

Toutefois, afin de laisser un délai suffisant de mise en conformité aux acteurs concernés eu égard aux changements opérés, la ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes souhaite que les épreuves d’admission organisées au sein de certains instituts de formation en masso-kinésithérapie puissent être maintenues, par dérogation, pour la rentrée 2016.

Les travaux ont désormais repris sur cette base et sont copilotés par le ministère en charge de la santé et le ministère en charge de l’enseignement supérieur et de la recherche.