Valérie Fourneyron

DÉPUTÉE DE LA 1ÈRE CIRCONSCRIPTION DE SEINE-MARITIME
ANCIENNE MINISTRE - MEMBRE DE LA COMMISSION
DES AFFAIRES ETRANGÈRES

Me connaitre

Me connaitre

Bienvenue sur mon blog !

Une première vie en tant que médecin du sport

Issue de la société civile, mon engagement politique a débuté « sur le tard », par passion pour mon territoire, pour ses habitants, pour ses acteurs économiques et sociaux et pour la ville de Rouen.

Je suis née à Rouen, j’y ai grandi, j’y ai fait mes (longues !) études supérieures de médecine.

Passionnée de sport depuis mon enfance, et pratiquante (j’ai même été une éphémère membre de l’Équipe de France de volley-ball cadette !), je me suis rapidement tournée vers ce domaine après mon doctorat de médecine, obtenant un certificat d’études spéciales de médecine du sport puis un diplôme universitaire de traumatologie du sport à la Pitié-Salpêtrière. Dès ma 4ème année de médecine, je « doublais » les consultations pour mieux apprendre !

Ma carrière a donc débuté comme médecin du sport au CHU de Rouen, de 1984 à 1989. A cette date, je suis devenue médecin inspecteur régional jeunesse et sports, puis ai intégré le Ministère des Sports, où j’étais chargée de l’organisation et du suivi de la médecine sportive nationale, de la lutte antidopage ainsi que de la coordination des médecins des équipes de France.

En 1991, je suis revenue à mes amours normandes, en devenant médecin directeur du centre régional de médecine sportive de Sotteville-lès-Rouen. Parallèlement, j’ai exercé en tant que médecin de l’équipe de hockey sur glace de Rouen (« Allez les Dragons ! ») jusqu’au 1er titre de champion de France en 1990, puis de l’Équipe de France de volley-ball féminin, avant de quitter cette ambiance de vestiaire avec l’équipe professionnelle de basket du SPO Rouen et de nombreux sportifs de haut niveau médaillés en championnats d’Europe, du Monde et aux Jeux Olympiques.

hockey

Santé et sport : les 2 piliers de ma carrière

Un engagement politique né de l’amour de Rouen

C’est donc seulement en 1995, à l’âge de 36 ans, que j’ai fait mes débuts en politique, en rejoignant la liste d’Yvon Robert pour les élections municipales. Cette décision, je l’ai prise avec l’envie de m’investir pour ma ville et de faire avancer des projets pour la dynamiser. Avec le désir d’agir pour l’intérêt public et d’aller à la rencontre des gens. Avec les convictions et la sincérité dans l’engagement qui sont les miens.

Cette motivation, ce goût pour le travail de terrain, cet appétit pour le dialogue et la rencontre ne m’ont jamais quittée et ont été le fil conducteur de toute ma carrière. C’est à cette époque, que j’ai rejoint le Parti Socialiste.

De 1995 à 2001, j’ai d’abord été adjointe au sport à la mairie de Rouen, puis première adjointe d’Yvon Robert, chargée en plus de la politique de la ville, de la santé et de la sécurité.

Le travail ne m’a jamais fait peur, les responsabilités non plus. L’envie de m’engager et d’agir grandissant, en 1998, j’ai été élue au Conseil régional de Haute-Normandie et suis devenue vice-présidente chargée des sports, puis des sports et de la culture jusqu’en 2007, date à laquelle j’ai été élue députée de la 1ère circonscription de Seine-Maritime pour la 1ère fois. J’ai également été élue conseillère générale du canton de Rouen en 2004.

En 2008, j’ai eu l’immense bonheur et la fierté d’être élue Maire de Rouen, dès le premier tour, devenant ainsi l’une des (trop !) rares femmes à diriger une grande ville de plus de 100 000 habitants.

Pendant 4 ans, jusqu’à ma nomination au sein du Gouvernement, j’ai eu à cœur d’être à l’écoute de Rouennais, d’agir pour améliorer leur quotidien et de faire rayonner notre capitale régionale à laquelle je suis tant attachée.

Parallèlement, j’ai occupé la vice-présidence de l’agglomération de Rouen, chargée de l’économie et des finances.

rouen

A l’origine, la passion pour Rouen

La vie ministérielle

En mai 2012, suite à l’élection de François Hollande, j’ai eu l’honneur de devenir ministre des Sports, de la Jeunesse, de l’Education populaire et de la Vie associative dans le Gouvernement de Jean-Marc Ayrault. Pour respecter la règle de non-cumul de mandats, j’ai alors démissionné de mon mandat de maire.

Servir la France comme ministre a été une immense fierté, une mission à laquelle j’ai consacré toute mon énergie. « Sports, Jeunesse, Education populaire et vie Associative » : j’ai servi ce beau portefeuille avec engagement, même si je dois confesser que le contact avec le territoire rouennais et le lien de proximité avec les gens m’ont souvent manqué pendant cette période !

A la suite du remaniement gouvernemental d’avril 2014, j’ai été nommée secrétaire d’État chargée du Commerce, de l’Artisanat, de la Consommation et de l’Économie sociale et solidaire au sein du Gouvernement de Manuel Valls.

Pour des raisons de santé, j’ai choisi de renoncer à cette responsabilité et ai démissionné en juin 2014.

Aujourd’hui : de nouvelles responsabilités, pour Rouen et à l’international

Depuis juillet 2014, je suis de retour sur les bancs de l’Assemblée nationale, secrétaire de la Commission des Affaires Étrangères, et conseillère municipale et communautaire de Rouen et de la Métropole.

Toujours avec la fierté de servir mon territoire et de contribuer au redressement, au rayonnement et au développement de l’influence de la France, avec conviction et engagement.

Mes principaux dossiers : les affaires internationales et diplomatiques (notamment la diplomatie sportive, le BREXIT, la coopération européenne avec les pays du Maghreb), le sport santé et l’attractivité économique et la compétitivité des places portuaires normandes.

Voir ma fiche à l’Assemblée ici.

Je suis également membre du Comité exécutif de l’Agence Mondiale Antidopage, présidente de la commission « Santé, Médecine et recherche » : ce combat pour la santé des athlètes et la protection d’un sport propre est un combat que j’ai fait mien il y a déjà plus de 30 ans et que j’ai à cœur de continuer à porter.

Mariée à un médecin généraliste, je suis mère de quatre enfants.

assemblée

Fière d’occuper la place n°335 dans l’Hémicycle