Valérie Fourneyron

DÉPUTÉE DE LA 1ÈRE CIRCONSCRIPTION DE SEINE-MARITIME
ANCIENNE MINISTRE - MEMBRE DE LA COMMISSION
DES AFFAIRES ETRANGÈRES

La candidature de la France à l'Exposition Universelle 2025 fait escale à Rouen

9 avril 2016 à 16:03
La candidature de la France à l'Exposition Universelle 2025 fait escale à Rouen

Dans le cadre de sa grande tournée de mobilisation nationale, ExpoFrance 2025, la candidature de la France à l’accueil de l’Exposition Universelle 2025, a fait escale pendant 3 jours à Rouen, du 7 au 9 avril.

L’occasion, pour des milliers de Rouennais, de découvrir de manière immersive et spectaculaire ce magnifique projet que je soutiens avec enthousiasme. La Tournée, qui dure 5 mois et parcourt toute la France, met superbement en scène l’ambition de cette candidature et propose à chacun  de vivre, près de chez soi, une expérience unique grâce à trois salles interactives, surplombées par une sphère de 12 mètres de haut librement inspirée du projet de globe d’Elisée Reclus pour l’Exposition parisienne de 1900.

Une candidature articulée autour de l’idée humaniste de partage et d’hospitalité

Une Exposition universelle, c’est d’abord « une invitation à partager » et à échanger autour des grands enjeux de la planète. L’édition 2025 se veut un accélérateur de développement et d’innovation.  C’est la raison pour laquelle l’invitation à l’hospitalité a été pensée pour être la fondation du projet tricolore, une valeur universelle très contemporaine qui positionne l’Homme au cœur du projet.

La candidature française est animée par la triple volonté de rester fidèle à l’esprit initial des grandes expositions universelles, de respecter scrupuleusement le cahier des charges du Bureau International des Expositions (BIE), et de renouveler le concept pour lui apporter la modernité liée à l’évolution des usages et des technologies. Avec une grande innovation, à la fois audacieuse et naturelle : pour la première fois dans l’histoire des expositions universelles, ce n’est pas une ville mais c’est la France entière qui dépose sa candidature !

J’invite chacun à découvrir le projet de candidature de la France sur le site ExpoFrance 2025.

CANDIDATURE DE LA VILLE DE ROUEN POUR L' EXPOSITION UNIVERSELLE EN 2025

Une candidature qui fait consensus et n’impactera pas la dépense publique

A l’occasion de la conférence d’inauguration de l’escale rouennaise, le 7 avril dernier, à laquelle participaient Yvon Robert, le député-maire et Président d’ExpoFrance 2025 Jean-Christophe Fromentin et de nombreux élus du territoire, j’ai souhaité saluer d’abord la méthode avec laquelle cette candidature a été mûrement pensée et réfléchie depuis 2011. Un gage de réussite à mon sens…

Le projet a pris le temps de construire une vaste concertation, afin de générer une très large adhésion parmi les autorités publiques et les élus. Aujourd’hui, ce soutien est acquis tant le projet est convaincant, solide et plein de promesses. Il fédère largement, au-delà des chapelles politiques et recueille un fort soutien de la population : 84% des Français soutiennent ce projet

Il y a d’abord eu une mission d’information de l’Assemblée nationale, qui a conduit des centaines d’auditions et réalisé un rapport impressionnant de près de 700 pages, couvert d’éloges, qui a posé les bases du projet de candidature française à l’accueil de l’Exposition Universelle 2025. Ce rapport (exhaustif et passionnant !) est à lire ici : i2325

La candidature présente un modèle ambitieux et économe en termes de dépense publique puisque le projet est porté à 100% des fonds privés et qu’aucun fonds public ne sera sollicité pour financer l’événement. Cela n’a rien d’un pari insensé : c’est un choix intelligent, assumé, qui est déterminant pour l’acceptabilité sociale de ce projet, et qui marche. La preuve : la mobilisation inédite de tant de grandes entreprises françaises partenaires, de PME, de grandes associations professionnelles, qui ont sauté à pieds joints dans cette aventure et étaient présentes à Rouen, à travers leur représentation régionale (comme Sanofi, Decaux, Deloitte, Bouygues, Vinci, Renault, La Poste, Crédit Agricole…).

Une vision audacieuse, pour le présent et l’avenir

La candidature ExpoFrance 2025, telle qu’elle a été conçue, est à la fois exemplaire et foncièrement novatrice. Exemplaire car c’est un projet économique, original, durable, éco-responsable et autofinancé… En un mot vertueux. Et novatrice, car elle active, dès aujourd’hui, les innovations économiques, technologiques et sociales qui constitueront notre environnement de demain, notamment dans le numérique, la dématérialisation, la mise en réseau, la révolution digitale. Ce projet enclenche un mouvement profond dont profitera toute la société pendant les 10 prochaines années.

La manifestation ambitionne de répondre aux attentes de la société contemporaine, de stimuler l’attractivité touristique française (40 à 60 millions de visiteurs attendus !), de dynamiser notre stratégie d’influence et renforcer notre diplomatie économique, de favoriser la croissance (23,2 milliards d’impact économique, 160 000 emplois durables, un demi-point de PIB en plus, qui dit mieux ?) et, plus fondamentalement, de réconcilier la France avec elle-même et avec le monde, en réaffirmant la vocation universaliste de la France, avec bonheur, générosité et ouverture.

Un projet qui fait sens pour la France et pour inventer le modèle des futures Expos universelles

La proposition française est celle, pour la première fois, d’une « Expo » Universelle qui rayonnera au-delà de sa ville hôte, au-delà de son vaisseau amiral, à travers tout un pays. Le comité de candidature a fait le choix d’un projet polycentré, totalement novateur : l’Expo Universelle 2025 ne sera pas celle de Paris, ni même du Grand Paris, mais celle de toute la France, avec ses métropoles régionales.

Elle se développera ainsi autour d’un espace central « Le Village global », des « Forums thématiques » répartis sur plusieurs sites dans tout le pays et d’un catalogue de « Détours » à travers la France. Les mobilités seront ainsi profondément revisitées, les temps de déplacements seront optimisés, offrant la possibilité aux visiteurs de poursuivre leur immersion grâce aux nouvelles technologies. Le temps n’est plus subi mais vécu comme un instant d’échanges et de partage.

Je ne vois que des avantages à ce parti-pris novateur, dont je veux saluer l’audace et la clairvoyance. C’est la France toute entière qui peut ainsi s’engager, s’investir, se mobiliser pour ce projet populaire.

Le concept garantit la valorisation du patrimoine urbain existant, historique ou contemporain. Un gage qu’il n’y aura ni « éléphant blanc », ni dérive vers le gigantisme.

C’est un projet qui met sciemment l’humain, voire l’Humanité en son centre, qui crée des relations, qui fait en sorte que le monde se rencontre à nouveau. Ce sera une expérience totalement immersive pour les millions de visiteurs qui iront, pendant six mois, à la découverte de nos territoires et de nos cultures, dans toute la richesse de leur diversité. Le concept favorisera ainsi le développement économique sur tout notre territoire, tout en montrant notre ouverture et en permettant à chaque Français d’accueillir le monde et de partir à la découverte du monde !

Les pays participants bénéficieront par ailleurs de « terrains d’expression » de bien meilleure qualité et bien plus inspirants que les simples pavillons, un peu tristes, dont a vu les limites dans les éditions précédentes. Nos métropoles régionales seront la vitrine des technologies, des savoir-faire, des cultures du monde entier.

C’est un choix enfin qui représente un saut qualitatif évident pour le BIE, car il poserait les bases d’un nouveau modèle pour les Expositions futures, mieux adapté aux visiteurs du XXIe siècle, et capable de régénérer le concept.

Une place pour Rouen, sa métropole et l’Axe Seine

Enfin, comme l’a montré le rapport parlementaire initial, le projet français pour l’Expo Universelle 2025, servira à animer les corridors du Grand Paris, dont le principal et le plus évident est l’Axe Seine.

Paris a vocation à être une ville-monde, comme peut l’être Londres, Shanghai, Dubaï, New-York, Singapour, Hong-Kong… Et pour cela, comme ses célèbres rivales, Paris doit avoir un accès à la mer et un port maritime.

L’Axe Seine fédère déjà un grand nombre de projets, dont le dernier lancé il y a seulement quelques semaines pour « Réinventer la Seine » et imaginer de nouveaux usages et aménagements de notre fleuve fétiche (voir mon article à ce sujet ici). Autant de lieux originaux qui auraient vocation à éventuellement devenir des lieux d’accueil des manifestations de l’Exposition.

Et au-delà, la Seine raconte une histoire, un vieux rêve qu’avait exprimé Napoléon en 1802 : « Paris, Rouen, Le Havre, une seule ville dont la Seine est la grande rue». La Seine est un atout fantastique, car c’est un patrimoine à grande échelle. La Seine de Paris à la mer – jusqu’au Havre – un corridor à explorer et à développer… A mon sens, la grande avenue naturelle de l’Exposition universelle doit donc être la Seine.

Le Grand Paris offre déjà un levier en termes d’infrastructures de transport, notamment par le tracé du Grand Paris-Express, avec ses stations, ses gares et leurs abords.

La valorisation de l’Axe Paris-Le Havre me paraît donc évidente lors de l’Expo 2025 et sera un formidable accélérateur pour le développement de sa Vallée.

Les expositions universelles du XXIe siècle doivent innover. Une nouvelle génération prend résolument ce tournant, avec Paris à sa tête. Et Rouen est prête à prendre toute sa part dans cette belle aventure !

Rendez-vous fin 2018 pour la désignation de la Ville-Hôte de l’Expo 2025 par le BIE et, d’ici là, tous mobilisés pour ExpoFrance 2025 !

CANDIDATURE DE LA VILLE DE ROUEN POUR L' EXPOSITION UNIVERSELLE EN 2025