Valérie Fourneyron

DÉPUTÉE DE LA 1ÈRE CIRCONSCRIPTION DE SEINE-MARITIME
ANCIENNE MINISTRE - MEMBRE DE LA COMMISSION
DES AFFAIRES ETRANGÈRES

La Ministre de la Culture à Rouen : la reconnaissance du foisonnement culturel de notre capitale normande

15 avril 2016 à 16:58
La Ministre de la Culture à Rouen : la reconnaissance du foisonnement culturel de notre capitale normande

Aux côtés de Matthieu de Montchalin, Président du Syndicat de la Librairie Française (SLF) et d’Yvon Robert, Maire de Rouen, j’ai eu le plaisir d’accueillir à Rouen Audrey Azoulay, Ministre de la Culture et de la Communication, le 15 avril dernier. Au menu de cette visite ministérielle de terrain : un point général sur la situation et les enjeux des librairies indépendantes à l’Armitière, puis l’inauguration, au Musée des Beaux-Arts, de la sublimissime 3ème édition du Festival Normandie Impressionniste. Une édition autour du thème des portraits, qui se déroule du 16 avril au 26 septembre, et qui n’est à rater sous aucun prétexte !

L’inauguration a réuni les élus du territoire et de nombreuses personnalités dont Laurent Fabius, initiateur du Festival et nouveau Président du Conseil Constitutionnel.

IMG_6402

Au moment où la Ville de Rouen revendique plus que jamais son dynamisme culturel par le biais notamment de la signature « Ma culture c’est Rouen » (opération qui vise à mettre en valeur la vie culturelle rouennaise et ses acteurs), la venue d’Audrey Azoulay revêt un caractère symbolique majeur. Rouen s’impose non seulement comme la capitale de la Normandie mais elle est également, et c’est indéniable, un centre culturel de premier plan aussi bien en Normandie qu’au niveau national. En venant à Rouen rencontrer les représentants des libraires indépendants et inaugurer le festival Normandie Impressionniste, la Ministre reconnaît ce foisonnement culturel qui pousse chaque jour des artistes à créer, à imaginer et à se produire avec succès dans notre ville.

Soutien aux libraires indépendants

A l’occasion de sa visite, nous avons longuement échangé sur le décret pris par le gouvernement relevant depuis le 1er avril de 25.000 à 90.000 euros le seuil de procédure et de publicité pour les marchés de fournitures de livres non scolaires. Cette disposition concerne la majorité des marchés des bibliothèques et offre aux collectivités une plus grande souplesse puisqu’elles pourront dorénavant, en toute légalité, s’adresser directement à la ou aux librairie(s) de leur territoire sans être soumises aux procédures préalables de mise en concurrence (voir le communiqué du SFL à ce sujet). C’est une avancée extrêmement importante en faveur des librairies indépendantes, susceptible de leur donner un second souffle dans l’environnement extrêmement concurrentiel dans lequel elles évoluent.

Ce décret s’inscrit d’ailleurs pleinement dans l’esprit qui conduit la politique de lecture publique engagée il y a 8 ans par la Ville de Rouen, la mission première de la Ville, collectivité de proximité par excellence, étant non seulement de soutenir les acteurs culturels dans leur diversité, mais aussi de les aider à se structurer et de contribuer à leur émergence.

IMG_6384

La dynamique des bibliothèques rouennaises

Lors de son séjour en terres rouennaises, Audrey Azoulay a également annoncé des aides de l’État pour soutenir en partie les frais de fonctionnements des bibliothèques et rendre effective leur ouverture le dimanche.

Cette mesure, là aussi, résonne avec la politique menée à Rouen : le plan de lecture publique de la ville, que j’avais initié dès 2009, a été conçu autour d’une redynamisation du réseau de ses bibliothèques de quartiers (7 sites, 8600m² accessibles). Baptisé Rn’Bi (Rouen Nouvelles Bibliothèques), ce réseau répond à plusieurs objectifs : privilégier les lieux et les services de proximité, développer une stratégie de réseau, proposer des services innovants, promouvoir et rendre lisibles, auprès des publics et des partenaires, les services offerts par les bibliothèque.

Depuis son lancement, il connaît un succès croissant. De 2009 à 2016,le nombre des abonnés a progressé de 17%, le nombre des emprunts de 45%. Un grand chantier de rénovation est actuellement mené au cœur de la bibliothèque Jacques-Villon qui ouvrira à nouveau ses portes début 2017 après 18 mois de travaux. D’un budget global d’1,9 million d’euros, il est cofinancé par l’Etat à hauteur de 800.000 €. A noter à l’issue des travaux, l’ouverture d’une salle de coworking à destination des usagers de la bibliothèque patrimoniale Villon.

D’autre part, une application mobile Rn’Bi va être développée dans les prochains mois. Elle proposera différents services: agenda culturel, gestion des documents, réservation des collections de lecture publique… Enfin, dernières innovations techniques, l’amélioration de l’offre d’e-books, avec un accès facilité sera possible grâce au passage à PnB et permettra la création d’une bibliothèque numérique présentant une offre de ressources en ligne plus étoffée.

Gallica –Marque Blanche, hébergée par la Bibliothèque nationale de France sur ses serveurs, permettra par ailleurs aux usagers d’avoir accès aux collections patrimoniales numérisées de la bibliothèque de Rouen. Elle offrira un moteur de recherche, un site structuré, un graphisme et un URL qui permettra une nouvelle visibilité de nos collections.

Renforcer la lecture auprès des jeunes

En parallèle, plusieurs actions complémentaires d’incitation à la lecture pour les jeunes publics sont mises en place par la Ville. Des actions écrites sont proposées dans le cadre du Contrat local d’éducation artistique et culturel (CLEAC) réunissant différents partenaires : la Ville, la DRAC et l’Inspection académique. Les objectifs des projets CLEAC sont de faire connaître aux élèves le réseau des bibliothèques et les services offerts pour en favoriser l’accès, faire découvrir des albums autour de la différence, écrire de manière ludique sur la différence, valoriser la lecture plaisir… 3288 élèves bénéficient ainsi chaque année de ces actions liées au CLEAC. Sans oublier l’accueil par les bibliothèques de 3771 autres élèves dans le cadre de projets culturels spécifiques.

Rouen finance enfin l’achat de livres pour chaque élève de son territoire, en partenariat avec la Librairie l’Armitière. L’ensemble des classes élémentaires rouennaises est concerné: 189 classes pour 4376 élèves. Qu’ils soient en classe ou en individuel, accompagnés ou pas de leurs enseignants, ce programme permet aux élèves un accès privilégié aux librairies indépendantes, ainsi qu’aux bibliothèques.