Valérie Fourneyron

DÉPUTÉE DE LA 1ÈRE CIRCONSCRIPTION DE SEINE-MARITIME
ANCIENNE MINISTRE - MEMBRE DE LA COMMISSION
DES AFFAIRES ETRANGÈRES

Dans les médias : le sport sur ordonnance sur France 3

27 novembre 2016 à 23:50

Depuis 2012, l’inactivité physique est devenue la 1ère cause de mortalité évitable dans le monde selon l’Organisation Mondiale de la Santé, devant les décès dus au tabagisme. Elle est responsable à elle seule de 10% des décès en Europe, et est la cause principale de 21 à 25% des cancers du sein et du côlon, de 27% des cas de diabète et d’environ 30% des cas de cardiopathie ischémique. On estime que 60% des Européens ne font pas suffisamment d’activités physiques pour rester en bonne santé. Il a également été montré que l’activité physique et sportive peut contribuer à retarder l’âge de survenue de pathologies chroniques et peut faire gagner jusqu’à 14 années de vie en bonne santé.

Il est démontré qu’une activité physique entraine une diminution des récidives de la maladie, une baisse de la mortalité, une diminution de la prescription de médicaments et moins d’arrêt de travail. La pratique d’une activité modérée (au moins 20 minutes trois fois par semaine) ou d’une activité intense (au moins 3 heures par semaine) diminue ainsi de 30 % le risque de mortalité prématurée. La pratique régulière d’un sport améliore le bien-être émotionnel, le bien-être physique, la qualité de vie et la perception de soi. Ce rôle bénéfique se retrouve aussi bien chez les adolescents que les personnes âgées. Il est également montré que la qualité de vie des malades chroniques se trouve améliorée, ainsi que celle de certaines catégories de handicaps, lorsque l’accompagnement est satisfaisant.Voir mon article à ce sujet ici.

Afin de transformer cette connaissance en politique de santé publique, j’avais déposé, avec d’autres députés (Brigitte Bourguignon, Pascal Deguilhem et Régis Juanico), un amendement à la loi relative à la modernisation du système de santé, autorisant les médecins à prescrire aux patients souffrant d’affections de longue durée une activité physique adaptée par ordonnance. L’objectif : améliorer le parcours de soins de ces patients en y incluant des thérapeutiques non médicamenteuses qui ont fait leur preuve. Il faut savoir qu’en France, près de 10 millions de patients souffrent de maladies ou affections de longues durées.

La proposition a été adoptée par les députés. Le décret d’application devrait être publié avant la fin de l’année.

J’étais l’invitée du JT de France 3 Haute-Normandie, présenté par Béatrice Rabelle et François Verly, pour présenter cette nouvelle mesure.

La vidéo est à revoir ici –  VIDEO : Valérie Fourneyron invitée du JT soir